Songteksten Vertalen

Zoek vertaling

Artiest: fauve Songtekst: lettre a zoe

Je bekijkt nu de songtekst en vertaling: fauve - lettre a zoe ? Hieronder vindt je de songtekst met vertaling naast elkaar weergegeven! Benieuwd naar het liedje en de betekenis van lettre a zoe? Bekijk de Nederlandse vertaling. Op onze website vindt je veel meer songteksten met vertalingen van fauve! Bekijk ons archief en de andere songteksten, klik bijvoorbeeld op de letter f van fauve en zie welke nummers wij nog meer van a in ons archief hebben staan zoals lettre a zoe .

Origineel

Zoé, Zoé, aujourd'hui j'ai huit ans, Les mots qu'on m'avait appris ont disparus, J'ai du mal à faire des phrases construitesme il faut, Mais pour une fois j'en ai pas envie, C'estme si mon esprit était à moitié éteint, Qu'une partie était restée avec toi là-bas. Le paysage défile par la fenêtre du train, Qui nous emmène à nouveau et j'me dis, C'est beau les plaines, C'est beau le mois de juin, C'était beau hier, C'était beau ce matin, C'est beau les filles quand les choses sont douces, Sans violence ni dépit j'avais failli oublier depuis le temps. Cette nuit à côté de toi c'étaitme du lait, Comme du coton qui m'a enveloppé de nulle part. Si on me l'avait dit j'y aurais pas cru, Alors j'me repasse le film en continu. Les images de la veille se superposent au détail du wagon, Elles flottent devant mes yeuxme sur la houle. J'te revois perdue dans la foule Avec tous ces mongoles bourrés qui dansent n'importement. Et j'me revois moi essayant de t'atteindre en évitant les gens qui hurlent Et font des grands gestes absurdes. Et toi qui attend, terrorisée, au milieu du chaos, Et puis tes joues et puis ta peau. Et moi qui croyait que j'étais pasme il fallait. Qu'il fallait que j'tire une croix, qu'tu voulais plus, qu'tu voulais pas. J'me suis perdu, j'ai bu la tasse, Pour les bras d'une infirmière, j'me suis conduisme une crasse. Et moi qui croyait que j'étais pasme il fallait. Qu'il fallait que j'tire une croix, qu'tu voulais plus, qu'tu voulais pas. Mais si tu m'jures, que tout ça c'est du passé, Alors d'accord on tire un trait, on rmence à s'apprivoiser. Zoé, Zoé, aujourd'hui j'ai huit ans, Et j'voudrais qu'ça dure un peu, J'écoute absolument pas ce qu'on me dit, J'fais semblant d'être assis à mon siège, Les gars m'parlent Mais c'estme si on était de part et d'autre d'une porte vitrée. Je regarde le paysage défiler par la fenêtre du train Qui nous emmène à nouveau, Et j'me dis, C'est beau les champs, C'est beau le mois de juin, C'était beau hier, C'était beau ce matin, C'est beau les filles quand y'a pas de peur, pas de dégoût pas de mépris. Quand les choses sont limpides, Cette nuit à côté de toi c'étaitme une lueur dans les profondeurs. J'me suis enfin senti reprendre des couleurs, Si on me l'avait dit j'y aurais pas cru. Alors j'me repasse le film en continu. Les images de la dernière fois se superposent au détail du wagon, Elles dansent par dessus le monde matériel. J'te revois sur l'herbe au bord du fleuve, J'revois la forme des nuages, les péages, les routes, les villages. Et j'nous revois dans le nuit chaude tout à l'heure. Le vent dans tes cheveux les lampadaires qui défilent en orange. Et toi qui t'excuse en pleine rue, Et puis tes larmes et puis tes bras. Et moi qui croyait que j'étais pasme il fallait. Qu'il fallait que j'tire une croix, qu'tu voulais plus, qu'tu voulais pas. J'me suis perdu, j'ai bu la tasse, Pour les bras d'une infirmière, j'me suis conduisme une crasse. Et moi qui croyait que j'étais pasme il fallait. Qu'il fallait que j'tire une croix, qu'tu voulais plus, qu'tu voulais pas. Mais si tu m'jures, que tout ça c'est du passé, Alors d'accord on tire un trait, on rmence à s'apprivoiser. Zoé, Zoé, aujourd'hui j'ai huit ans, Et j'espère que toi aussi. J't'imagine en train d'émerger doucement de cette nuit un peu courte, Ton pas léger sur le béton nu. J'croise deux doigts pour que tu soisme moi, Dans un état un peu second. Et qu'tu regarde rêveuse les raild au loin, En espérant voir passer le train qui nous emmène à nouveau et qu'tu t'dis, C'est beau l'été, C'est beau le mois de juin, C'était beau hier, C'était beau ce matin, C'est beau les garçons quand ils sont gentils et droits, Qu'ils sont vertueux même s'ils sont un peu maladroits Cette nuit à ses côtés c'était spécial et nouveau, Et moi qui pensait t'connaître j'me suis trompée. Si on me l'avait dit j'y aurais pas cru. Zoé j'espère que tu t'repasse le film en continu. Que les images se superposent au détail de ta chambre, Qu'elles flottent au dessus de ton lit défait. Quand on a traversé la ville dans la chaleur naissante, Et qu'sur le coup la crasse et la laideur ont parus presque supportables. Zoé j'ai peur de souffrirme toi, J'suis plus habitué à ça. Je sais pas où ça va nous mener Mais j'crois qu'il faut qu'on s'donne les moyens d'être fixés. Faut qu'on se revoit. Et moi qui croyait que j'étais pasme il fallait. Qu'il fallait que j'tire une croix, qu'tu voulais plus, qu'tu voulais pas. J'me suis perdu, j'ai bu la tasse, Pour les bras d'une infirmière, j'me suis conduisme une crasse. Et moi qui croyait que j'étais pasme il fallait. Qu'il fallait que j'tire une croix, qu'tu voulais plus, qu'tu voulais pas. Mais si tu m'jure, que tout ça c'est du passé, Alors d'accord on tire un trait, on rmence à s'apprivoiser.

 

Vertaling

Zoe, Zoe, vandaag ben ik acht jaar oud, De woorden die ik heb geleerd zijn verdwenen, Ik vind het moeilijk om geconstrueerde zinnen te maken Maar voor een keer wil ik niet, Het is alsof mijn geest half gekalmeerd was, Dat daar een feestje bij je is gebleven. Het landschap opent zich vanuit het treinraam, Wie neemt ons weer en ik zeg tegen mezelf: De vlaktes zijn prachtig, Het is prachtig in de maand juni, Het was mooi gisteren, Het was vanmorgen prachtig, Het zijn mooie meisjes als het lief is, Zonder geweld of wanhoop was ik het sindsdien bijna vergeten. Die nacht naast je was melk, Zoals katoen dat me uit het niets heeft gewikkeld. Als mij was verteld dat ik het niet had geloofd, Dus speel ik de film continu. De afbeeldingen van de dag ervoor worden over het detail van de wagen heen gelegd, Ze zweven voor mijn ogen op de deining. Ik zie je verdwalen in de menigte Met al deze dronken Mongolen die dansen, wat er ook gebeurt. En ik zie mezelf proberen je te bereiken door de schreeuwende mensen te vermijden En maak geweldige absurde gebaren. En jij die doodsbang wacht, temidden van chaos, En dan je wangen en dan je huid. En ik die geloofde dat ik gelijk had. Dat ik een kruis moest tekenen, dat je meer wilde, dat je niet wilde. Ik verdwaalde, ik dronk de beker, Voor de armen van een verpleegster heb ik mezelf vuil gemaakt. En ik die geloofde dat ik gelijk had. Dat ik een kruis moest tekenen, dat je meer wilde, dat je niet wilde. Maar als je zweert, is het allemaal verleden tijd, Dus oke, we trekken een grens, we beginnen te temmen. Zoe, Zoe, vandaag ben ik acht jaar oud, En ik zou willen dat het een beetje meegaat, Ik luister absoluut niet naar wat mij wordt verteld, Ik doe alsof ik aan mijn stoel zit, Jongens praten met me Maar het is alsof we aan weerszijden van een glazen deur staan. Ik zie het landschap voorbij het treinraam passeren Wie neemt ons weer En ik zeg tegen mezelf: De velden zijn prachtig, Het is prachtig in de maand juni, Het was mooi gisteren, Het was vanmorgen prachtig, Meisjes zijn mooi als er geen angst, geen afkeer en geen minachting is. Als de dingen glashelder zijn, Die nacht naast je was een gloed in de diepte. Ik voelde eindelijk dat ik weer kleur kreeg, Als mij was verteld, had ik het niet geloofd. Dus speel ik de film continu. De afbeeldingen van de laatste keer worden over het detail van de wagen heen gelegd, Ze dansen over de materiële wereld. Ik zie je weer op het gras bij de rivier, Ik zie de vorm van de wolken, de tol, de wegen, de dorpen. En ik zie je eerder weer in de hete nacht. De wind in je haar de lantaarnpalen die in oranje paraderen. En jij die je verontschuldigt midden op straat, En dan je tranen en dan je armen. En ik die geloofde dat ik gelijk had. Dat ik een kruis moest tekenen, dat je meer wilde, dat je niet wilde. Ik verdwaalde, ik dronk de beker, Voor de armen van een verpleegster heb ik mezelf vuil gemaakt. En ik die geloofde dat ik gelijk had. Dat ik een kruis moest tekenen, dat je meer wilde, dat je niet wilde. Maar als je zweert, is het allemaal verleden tijd, Dus oke, we trekken een grens, we beginnen te temmen. Zoe, Zoe, vandaag ben ik acht jaar oud, En ik hoop dat jij dat ook doet. Ik stel me voor dat je langzaam uit deze korte nacht tevoorschijn komt, Je bent niet licht op het kale beton. Ik steek twee vingers zodat je mij bent, In een wat secundaire staat. En je kijkt dromerig naar de raild in de verte, In de hoop de trein te zien die ons weer brengt en wat je zegt, Het is mooi in de zomer, Het is prachtig in de maand juni, Het was mooi gisteren, Het was vanmorgen prachtig, Jongens zijn aardig als ze aardig en hetero zijn, Dat ze deugdzaam zijn, ook al zijn ze een beetje onhandig Deze nacht aan zijn zijde was speciaal en nieuw, En ik, die dacht dat je een kind was, had het mis. Als mij was verteld, had ik het niet geloofd. Zoe, ik hoop dat je continu naar de film kijkt. Laat de afbeeldingen overlappen met de details van uw kamer, Laat ze boven je onopgemaakte bed zweven. Toen we de stad overstaken in de stijgende hitte, En dat het vuil en de lelijkheid meteen bijna draaglijk leken. Zoe, ik ben bang om je te lijden, Ik ben hier meer aan gewend. Ik weet niet waar het ons heen brengt Maar ik denk dat we onszelf de middelen moeten geven om gerepareerd te worden. We moeten elkaar weer ontmoeten. En ik die geloofde dat ik gelijk had. Dat ik een kruis moest tekenen, dat je meer wilde, dat je niet wilde. Ik verdwaalde, ik dronk de beker, Voor de armen van een verpleegster heb ik mezelf vuil gemaakt. En ik die geloofde dat ik gelijk had. Dat ik een kruis moest tekenen, dat je meer wilde, dat je niet wilde. Maar als je zweert, is dit allemaal verleden tijd, Dus oke, we trekken een grens, we beginnen te temmen.